[Réservé aux Membres] Rencontre avec Karen Bastien, cofondatrice de Wedodata

Publié le 2 mars 2020 – Par Marguerite Lefébure

Le traitement de la donnée est au cœur du travail de Karen Bastien, et participe à la création de formats journalistiques originaux. Retour sur les nouvelles tendances et les organisations spécifiques du datajournalisme. 

© Jean-Robert Dantou / Picturetank
© Jean-Robert Dantou / Picturetank

Bonjour Karen Bastien, qui êtes-vous et que faites-vous ? 

Je suis Karen Bastien, journaliste depuis une vingtaine d’années. Après six ans passés à Libération, puis cinq autres à Terra eco, j’ai fait le constat que le journalisme que je pratiquais alors passait à côté d’une « matière » fondamentale pour l’information, les données. Par un mélange de méconnaissance, de peur et d’incompétence, les journalistes tournaient le dos à ce monde des tableurs et de la statistique en général, abandonnant en même temps leur capacité critique face aux informations chiffrées et le potentiel narratif de celles-ci. J’ai décidé de m’y plonger en collaboration avec François Prosper, datadesigner, car les données parlent mille fois mieux une fois transcrites en images. Voici, comment est né Wedodata fin 2011.

« L’intérêt du datajournalisme, c’est qu’il peut prendre tous les formats »

Comment obtenir, traiter les données et leur insuffler une histoire ?

C’est une vaste question et le nœud de chaque enquête de data. Je dirai dans les grandes lignes :

  • Ne pas s’interdire de sujets, car il y a des données sur tout et des bases de données que l’on peut construire avec ses lecteurs ou avec des experts ;
  • S’appuyer sur une très solide culture de la statistique ;
  • Être en mode recherche et développement permanent sur les outils et les langages de programmation, car ce sont aussi les potentialités des outils qui nous ouvrent des pistes de sujets ou des angles ;
  • Prévisualiser ses résultats au fur et à mesure pour pouvoir les soumettre au regard d’experts du sujet et entrer dans un ping-pong éditorial avec eux ;
  • Intégrer le lecteur dans l’histoire – quand les données le permettent – en lui posant, par exemple, quelques questions qui nous permettront de générer une histoire personnalisée…

Pour lire la suite de l'interview...

Devenez Membre du Tank media

Vous êtes déjà Membre du Tank media ? Retrouvez cette interview dans la lettre des Membres du 2 mars 2020.

Vous vous intéressez à l'avenir des médias ? Inscrivez-vous à notre infolettre.

Deux fois par mois, recevez l'infolettre gratuite du Tank media.

Consulter les derniers numéros

32 rue Alexandre Dumas, 75011 Paris


Du lundi au vendredi, de 09h00 à 19h00

media@letank.fr   +33 (0)1 43 14 32 15

Accès :

Lignes 1, 6 et RER A : Nation
Ligne 2 : Alexandre Dumas
Ligne 9 : Rue des Boulets

Lignes 56, 71 et 76