Profitons-en, soyons inventifs

Publié le 2 avril 2020 – Par Mathieu Maire du Poset

Témoignages après témoignages, nous essayons de mesurer l’impact du confinement sur les médias.

© Edouard Ducos
© Edouard Ducos
Que cela soit sur le Slack du Tank media entre Membres, dans notre lettre hebdomadaire ou à travers une veille permanente, les retours s’accumulent sur la manière dont les uns et les autres appréhendent cette période si particulière.

 

Trois points majeurs ressortent à nos yeux :
  • La trésorerie : tout entrepreneur sait que c’est le nerf de la guerre, le point de vigilance à avoir en toute circonstance. Que dire en ce moment, c’est l’horizon quasi unique de beaucoup de médias. Avant tout survivre, tenir ces longues semaines qui s’annoncent avec des rentrées financières qui bien souvent s’effondrent. On lance un média ou une boite bien souvent par passion, on la pilote par la trésorerie. Et gare à ceux qui laissent cette question de côté, le retour de bâton peut être sévère ;
  • L’éditorial : média un jour, média toujours. Les uns et les autres cherchent la meilleure façon de produire et de diffuser l’information à un public confiné. Newsletter, podcasts, numéros spéciaux : on voit fleurir de nombreuses initiatives éditoriales. Ressort majeur à nos yeux, souvent la clef de ces « formats de crise » qui tirent leur épingle du jeu : la relation aux lecteurs, aux audiences. Elle est clef en général, vitale actuellement. Il faut une forte proximité avec son audience pour bien comprendre ses besoins actuellement et y répondre ;
  • La façon de travailler : bienvenue au XXIe siècle. Pour beaucoup de médias traditionnels, c’est la plongée dans le grand bain du numérique. On moque un peu moins « l’esprit startup » et on s’adapte à vitesse grand V : télétravail, Slack, Zoom, Teams, horizontalité… il faut s’adapter, et vite, face à la contrainte. Dans la vie d’avant, qu’elles paraissaient longues et inutiles souvent ces conférences de rédaction à plusieurs dizaines pendant de longues heures parfois. Et sur Zoom alors ? Combien êtes-vous à faire les cent pas chez vous en écoutant d’une oreille discrète l’avis d’un collègue sur « ce que le gouvernement aurait dû faire » tout en gérant un gosse d’une main et en vous faisant un café de l’autre ? Basculer en travail à distance forcé, ce n’est pas forcément en maîtriser les codes et l’efficacité. Répliquer les habitudes passées est rarement la solution.

Nouvelles façons de travailler, enjeux économiques de crise, relation aux audiences. Ces trois piliers ne vont pas s’arrêter à la sortie du confinement. Bien au contraire. Collectivement, individuellement, pour les médias que nous pilotons ou dans lesquels nous évoluons, nous devons nous projeter sur l’après. Et vite.

C’est là, maintenant, au cœur de la crise, que se joue notre capacité à en sortir et à en tirer profit, au sens où elle nous aura changé, positivement au final, et que nous aurons forgé au cœur de cette crise des convictions utiles au moment où nous en sortirons.

Notre façon de travailler ne pourra pas être exactement la même. Notre modèle économique sera forcément un peu différent avec les contraintes que cette crise aura fait portée à nos business. La crise est une occasion unique de forger des relations profondes avec nos audiences. Nous modifions tous actuellement notre rapport à l’information, aux marques que nous consommons. Celles avec qui nous allons nouer des relations étroites au cœur de cette crise nous accompagneront sans doute encore pendant de longues années après celle-ci. Nous nous devons d’être actifs, agiles, résilients, inventifs au cœur de la crise pour nous donner les moyens de rebondir ensuite. L’inverse pourrait être mortifère.

Au Tank media, nous sommes aussi dans ces réflexions. Nos convictions, construites sur nos longues expériences professionnelles et que nous avons mises en place ces deux dernières années, volent en éclats. Pas toutes, heureusement, l’avenir des médias nous paraît toujours aussi radieux, mais elles sont mises à mal par cette crise. D’un modèle d’investissement et de croissance lente, nous nous devons aujourd’hui d’aller chercher beaucoup plus rapidement un modèle économique stable. Pas toujours évident quand on veut venir en aide aux entrepreneurs désargentés. Mais cela nous donne l’occasion de nous poser de nombreuses questions, pour, espérons le, rebondir après la crise sanitaire. Et plus que jamais nous avons besoin de vous :

  • Bénéficiez des expériences d’autres médias et d’autres entrepreneurs pour trouver vos propres solutions. Rejoignez la communauté et venez participer à ce mouvement de fond autour de l’innovation et l’entrepreneuriat dans les médias, devenez Membre du Tank media ;
  • Donnez-nous votre avis, vos réflexions, vos envies pour le Tank media par e-mail à media@letank.fr ou en répondant directement à cet e-mail ;
  • Profitez de nos offres de conseil (mathieu@spintank.fr) actuelles, bâties pour vivre à distance, pour accompagner vos médias sur ces sujets majeurs que sont la relation à vos audiences, des formats innovants ou l’organisation de vos équipes.
Cette période est riche, intense, déconcertante : elle modifie nos façons d’appréhender le travail, de nous informer, elle a un impact fort sur l’économie de nos médias, mais elle est aussi exceptionnelle à vivre. Et sans doute une occasion unique de faire et bâtir des projets que nous n’aurions jamais lancé dans un autre cadre. Profitons-en, soyons inventifs.

Vous vous intéressez à l'avenir des médias ? Inscrivez-vous à notre infolettre.

Deux fois par mois, recevez l'infolettre gratuite du Tank media.

Consulter les derniers numéros

32 rue Alexandre Dumas, 75011 Paris


Du lundi au vendredi, de 09h00 à 19h00

media@letank.fr   +33 (0)1 43 14 32 15

Accès :

Lignes 1, 6 et RER A : Nation
Ligne 2 : Alexandre Dumas
Ligne 9 : Rue des Boulets

Lignes 56, 71 et 76