[Réservé aux Membres] Rencontre avec Anne-Flore Chapellier, cofondatrice de My Little Paris

Publié le 14 avril 2020 – Par Marguerite Lefébure

Anne-Flore Chapellier est cofondatrice et directrice générale de My Little Paris. De la mise en place du confinement et l'organisation des équipes aux changements éditoriaux et commerciaux liés au modèle économique du groupe fondé en 2008, nous avons échangé sur les perspectives de rebond et les semaines à venir.

Comment se sont passées la mise en place du confinement et la gestion de la crise pour vos équipes ?

My Little Paris a beau être un groupe numérique, c’est compliqué pour nous de ne plus être dans nos bureaux. Car, avant d’être pratiques, nos bureaux sont surtout identitaires. Quand quelqu’un les visite, il comprend mieux ce qu’est My Little et comment nous fonctionnons. Ils font partie intégrante de nos processus créatifs.Par exemple, nous avons un amphi qui peut accueillir toute l’équipe pour les rituels de veille et de formation – nous nous installons dans les gradins, au milieu des coussins, et nous apprenons ; dans la cuisine sous la verrière, au dernier étage de notre immeuble, nous organisons des petits-déjeuners avec des personnalités créatives extérieures qui nous raconte leur parcours. Ça va de l’écrivain Sylvain Tesson à la spationaute Claudie Haigneré. Nous avons aussi un « bistrot » avec les petites tables que l’on trouve habituellement en terrasse parisienne et qui là sont destinées à accueillir les réunions spontanées à deux ou les brainstorms improvisés à trois, comme une pièce-lit, avec vue sur le Sacré-Cœur, qui est l’endroit où personne ne peut être dérangé pendant qu’il y travaille ; etc.

Bref, nous avons aménagé nos bureaux pour en faire un cadre qui nous donne de la fluidité et des idées. Il faut que nous compensions énormément pour retrouver ça à distance.

Nous nous sommes organisés pour recréer de nouveaux rituels :on a des lives de cuisine sur notre compte Instagram interne mylittleteam ; on a lancé des groupes WhatsApp transverses pour créer des conversations régulières en dehors des équipes par métier ; on a renouvelé nos formats de brainstorms sur Zoom… Nous maintenons l’ébullition quotidienne, mais c’est beaucoup moins naturel à distance.

Nous n’avions pas attendu la décision de confinement pour prendre des mesures de télétravail appliquées à l’intégralité des équipes. Pour autant, c’est un choc quand on comprend que ça va durer, d’autant qu’il faut aussi gérer le stress inhérent à la période. Cela double la charge en termes de disponibilité et d’écoute pour les managers.

« Je pensais, en 12 ans d’entrepreneuriat dans les médias, avoir vécu déjà à peu près toutes les phases… c’était manquer d’imagination ! »

Quel angle éditorial privilégiez-vous pour vos lectrices et lecteurs ? 
Nous nous adressons à cinq millions de femmes au quotidien, nous avons l’habitude d’être au plus près de leurs préoccupations. Donc nous avons tout revu pour continuer à être le plus juste possible. My Little Paris, normalement, c’est des adresses pour vivre le meilleur de Paris. D’habitude, si on fait bien notre travail, on s’attend à ce que nos…

Pour lire la suite de l'interview dans la lettre des Membres...

Devenez Membre du Tank media

Vous êtes déjà Membre du Tank media ? Retrouvez cette interview dans la lettre des Membres du 14 avril 2020.


Vous vous intéressez à l'avenir des médias ? Inscrivez-vous à notre infolettre.

Deux fois par mois, recevez l'infolettre gratuite du Tank media.

Consulter les derniers numéros

32 rue Alexandre Dumas, 75011 Paris


Du lundi au vendredi, de 09h00 à 19h00

media@letank.fr   +33 (0)1 43 14 32 15

Accès :

Lignes 1, 6 et RER A : Nation
Ligne 2 : Alexandre Dumas
Ligne 9 : Rue des Boulets

Lignes 56, 71 et 76